2019 : Mort du second degré

La lecture totalement binaire et littérale de Caroline de Haas des propos de Finkielkraut est parfaitement représentative d’une époque incapable de tout discernement comme de la moindre légèreté. Ces propos, peut-être maladroits, tiennent de la plus simple tradition littéraire française qui est celle du procédé de style : ici, l’ironie.

La manif de la honte ?

Cette manifestation lancée par de vaillants soldats du salafisme, n’étaient ni plus moins qu’un appel prononcé au communautarisme autant qu’une manifestation d’ardents identitaires musulmans. Les identitaires, ce terme qui répugne tant la gauche radicale de ce pays, laquelle n’a pourtant pas hésité à battre le pavé pour eux, piétinant au passage les victimes innombrables de cette idéologie toujours plus militante et revendicatrice. Le meilleur n’est pas à venir…

La mort de Voltaire !

Selon elle, l’Homme doit se montrer raisonnable et rationnel en sachant se doter de limites face au fanatisme de l’auto-engendrement. Rien de surprenant à ce qu’elle soit clouée au pilori au même titre que bien des figures historiques de gauche, non politiques, de Régis Debray à Elisabeth Badinter en passant par Michel Onfray ou José Bové.

C’était mieux avant ?

Sans but, le mouvement est davantage une errance qu’un voyage. Si je ne puis dire de façon tout à fait certaine que c’était mieux avant, je dis le plus sereinement du monde qu’il y a de quoi trouver du mieux, sinon du bien dans les siècles passés. Une capacité à construire un idéal et à rêver une ambition collective. Une capacité à penser l’Homme comme un être spirituel qui s’inscrit dans une chaîne humaine, non comme un simple individu dont l’horizon indépassable réside dans sa capacité à consommer.

La chienlit pour la bonne cause !

Ce fieffé coquin de juge a donc posé son enrobé derrière sur le code pénal s’agissant du vol autant que sur sa déontologie. Oui ! Il a relaxé les voleurs de portraits écologistes, donné un blanc-seing à ces activistes et fait passer un message dangereux : « Cassez, dégradez, volez ! Si c’est pour la bonne cause, vous n’avez rien à craindre de la justice »

Génération Identitaire ou l’avènement d’une justice morale

La justice doit faire appliquer le droit. La morale n’est pas de son ressort et on peut alors se poser la question de l’impartialité de cette décision de justice quand au surplus on sait qu’Isabelle Defarge, la Présidente du Tribunal Correctionnel de Gap qui a jugé cette affaire, avait participé il y a peu à un colloque sur l’immigration au côté de la LDH et la CIMADE et est bien connue pour ses positions pro-migrants.

Ode à Napoléon

Napoléon est un mythe. Il fait partie de ces légendes, ces Zeus tantôt apolliniens, tantôt dionysiaques que l’on adore détester ou que l’on déteste adorer. Il a rendu sa fierté au peuple de France par son sens de l’ambition. Ambition démesurée certes, mais qui eût le mérite d’écrire l’Histoire par la modernisation d’un pays alors exsangue, les pieds englués dans les fanges d’une révolution sanglante, anarchique et incapable d’organiser un pays encore marqué par des siècles de sclérose monarchique.

Gilets noirs pour nuit blanche

Notre manque chronique de fermeté n’a fait que dévoyer la nationalité française, laquelle ne figure plus un attachement à une nation et à une culture qui requiert le sens du devoir et le dépouillement d’une partie de soi, mais un simple droit tenu pour acquis.

La morale précède le droit

En théorie, les mêmes qui expliquent que le mariage pour tous ou encore le port du voile sont des pratiques qui ne doivent être discutées que relativement à la loi, devraient donc accepter sans sourciller que ce couple de chasseurs aille tuer des léopards ou des rhinocéros…

Le syndrome de Rokhaya Diallo

Mais il est autre chose, plus perfide encore, que Twitter ou Facebook révèlent à merveille : la tendance croissante à refuser l’universalisme du débat d’idées au profit d’une forme d’indigénisme de la pensée. C’est ce que j’appelle : « le syndrome de Rokhaya Diallo ». Qu’est-ce que ce syndrome ? L’idée pathologique que tout enjeu politique ou sociétal ne peut faire l’objet de discussion par qui n’en serait pas directement touché.

marlene-schiappa-feminisme-parite-economie-salaire-professionnel

La parité ? Une hérésie !

plus le pays est considéré comme égalitaire (la Norvège par exemple), moins il y a de parité. Pourquoi ? Parce que les hommes et les femmes, sensibilisés à la question de l’égalité entre les sexes, ayant la chance de vivre libres dans un pays de droits, font tout simplement ce qu’ils ont envie de faire.

hasard-philosophie-pensée-culture

Le hasard n’existe pas

Ce qui nous arrive n’est jamais vraiment le fruit du hasard, mais davantage la somme des causes qui orientent nos actions dans un sens plutôt que dans un autre. Le hasard est une lacune en sursis…

Claire Nouvian ou la tyrannie des faits

Le rejet systématique et catégorique de toute opinion invalidant une théorie basée sur la seule observation des faits va précisément à l’encontre de la démarche scientifique. Réponse à Claire Nouvian.

La franchise, cette qualité à géométrie variable

La franchise est-elle vraiment une qualité ? N’est-elle pas, à certains égards, une forme de négation de ce qu’on appelle la civilité, laquelle peut tout autant être considérée comme une vertu morale ? Au contraire, la civilité n’est-elle pas une forme d’hypocrisie ?

Morts pour rien.

L’indécence s’incarne dans la personne d’Emmanuel Macron qui n’hésite pas à accueillir les deux voyageurs dont l’inconséquence a pourtant coûté la vie à deux soldats d’élite. C’est aux familles de Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello que Macron devait rendre les premiers honneurs. Lui qui avait martelé au début de son quinquennat : « Je suis votre chef », comme pour mieux se persuader qu’il l’était.

Sports Illustrated : Hijab Issue

2019 : une mannequin vêtue d’un hijab pose dans le magazine sexy Sports Illustrated. Humanisme ? Ouverture ? Respect des diversités ?
Non, l’enfermement du corps féminin dans un linceul d’hypocrisie bigote n’a rien du paradis libertaire que promeut SI à travers son discours moralisateur et bien-pensant.

Le voyage : cette dictature !

Voyager est une bonne chose. Mais spéculer sur l’apport intellectuel et moral du voyage n’a pas de sens et traduit une forme de mépris bourgeois pour celui qui ne voyage pas. Le voyage doit être un plaisir, non une course vaniteuse autant qu’une promesse intellectuelle et morale chimérique.

Analyse du voyage, ce nouveau snobisme.

A Notre-Dame

Je n’avais pas le cœur à écrire un article à propos de l’incendie terrible qui a dévasté Notre-Dame. Et puis écrire quoi ? Mon écœurement au sujet des centaines et des centaines de messages haineux qui se félicitent de cette tragédie ? qui invoquent la punition divine qui se serait abattue sur la foi et la culture des mécréants ? J’en ai lu tant que j’en ai la nausée. Mais je n’en ai cure tant immense est l’insignifiance de ces dealers de fiel. Alors j’ai écrit un poème en alexandrin. Comme on en n’écrit plus sans passer pour un vieux con. Le voici.

Sagesse – Michel Onfray

La philosophie, c’est littéralement l’amour de la sagesse. Il n’y a point d’appel à l’élaboration de fumeux concepts intellectuellement masturbatoires mais peu pragmatiques dans cette définition. Onfray n’a de cesse de le répéter : philosopher, c’est penser sa vie et vivre sa pensée

Note de lecture de « Sagesse » de M. Onfray.

Le progrès… ou quand une sexagénaire donne naissance à sa petite-fille

Aux Etats-Unis, une américaine de 61 ans a donné naissance à la fille de son fils, Matthew, par GPA. Matthew a donné son sperme quand la sœur de son compagnon, prénommé Eliott, a fait don de ses ovocytes. Résumons. La petite fille a deux pères, une grand-mère qui est sa mère biologique et une tante par alliance qui est un peu sa mère aussi. Décryptage…

Donnez-moi ce sein que je ne saurais téter

En France, on n’est pas bien doué pour faire des GAFA. Des multinationales ultra-technologiques, pointues, qui embauchent des centaines de milliers de personnes à travers le globe, non, on ne sait pas faire. Mais une petite boîte qui propose aux hommes de leur faire pousser deux nichons pour allaiter… Cocorico !!!

DEMEURE

De façon globale, l’attrait pour le mouvement conduit à une forme de désincarnation du monde et de destruction de notre condition humaine. Le mouvement semble être la solution court-termiste d’une société incapable de se fixer pour observer le monde avec recul et sagesse.

Note de lecture de « Demeure » de F-X Bellamy.

LES DESHERITES ou l’urgence de transmettre

La culture n’est pas un piège ou un enfermement. Elle est tout au contraire la porte ouverte vers l’universel. Et ce serait ingratitude éternelle que de continuer à ne point la transmettre. Ce livre brillant en fait largement la démonstration.

« Les déshérités » de F-X Bellamy : note de lecture.

L’attentat de Christchurch

C’est par l’éducation, l’instruction et la transmission de la culture que l’on combat les obscurantismes quels qu’ils soient. Pas en pointant du doigt des concepts qui, jusqu’à preuve du contraire, ne savent pas tirer à la kalachnikov.

L’ARCHIPEL FRANCAIS

L’archipel français est une enquête remarquable de précision et de rigueur. Mais elle ne ruisselle pas de révélations. Son intérêt est surtout de qualifier et quantifier les fractures béantes de la population française, et de montrer que pour l’heure, rien n’indique que les choses s’amélioreront…

Note de lecture

COMMENT LE PEUPLE JUIF FUT INVENTE ?

Parce qu’elle nie farouchement l’idée d’un ADN commun qui aurait pour origine géographique la terre de Sion, la thèse de Schlomo Sand est particulièrement subversive en ce qu’elle fâche à la fois l’extrême-droite antisémite et les extrémistes sionistes. Selon Sand, la diaspora juive ne s’est pas tant formée à partir des vagues de persécution qu’aurait subit le peuple d’Israël, que d’un dynamisme démographique, spirituel et d’un prosélytisme aujourd’hui disparu.

Note de lecture.

Le grandéba et le serre-tête du diable !

Macron considère que la religiosité d’un signe ou d’une action peut lui conférer sa légitimité. On fera quoi quand demain, une religion considérera l’excision comme conforme à son rite religieux ? Faudra-t-il l’accepter au nom de la liberté de culte et de culture ?

Décathlon : le hijab run

S’agissant du hijab de sport, Xavier Rivoire, Directeur de la Communication de Décathlon, avait déclaré qu’il s’agissait d’un « engagement sociétal ». Et là, L’enseigne bleue du groupe Mulliez se trompe complètement. Une entreprise n’a pour seule loi que l’économie, laquelle est soumise au droit. L’économie est une science qui n’entretient aucun lien avec la morale donc, par définition, attribuer des valeurs morales à une entreprise est une absurdité.

Macron, le maraud

Une action que l’on peut considérer comme bonne et désintéressée demeure-t-elle bonne et désintéressée lorsque sont sciemment réunies les conditions de sa médiatisation ? Élément de réponse avec Emmanuel Macron.

Edwy Plenel : l’art de buzzer utile…

En grand moraliste qu’il prétend être, Plenel devrait relire Kant dont l’un des principes de son impératif catégorique était : « Fais en sorte que la maxime de ton action puisse être érigée en loi universelle ».

Lilian Thuram : le racialiste antiraciste ! 1/3

Depuis qu’il a raccroché les crampons, notre recordman de sélections en équipe de France est passé chez Afflelou. Et une paire de Tchin-Tchin plus tard, le gadjo s’est métamorphosé en un intellectuel engagé qui ferait passer André Malraux pour Patrick Sébastien…

Une critique économique de l’Art Contemporain

En parfaite conformité avec ce monde de l’entreprise qu’il déteste, mais dont il adopte et maîtrise tous les codes, l’Art Contemporain fait de la destruction créatrice (idée développée par Schumpeter selon laquelle, en économie, ce qui est nouveau se construit nécessairement sur une forme quelconque de destruction) sa matrice idéologique.

De la nécessité du relativisme en Art Contemporain

De cette rupture que l’Art Contemporain prétend incarner, il n’en demeure pas moins qu’à l’instar du classicisme, il se veut porteur d’une vérité ; une vérité qui lui est singulière et subjective dont l’idée conceptuelle est l’incarnation, au détriment de l’esthétique de l’œuvre.

De l’art antique à l’Art Contemporain… une longue histoire !

De cette rupture que l’art contemporain prétend incarner, il n’en demeure pas moins qu’à l’instar du classicisme, il se veut porteur d’une vérité ; une vérité qui lui est singulière et subjective dont l’idée conceptuelle est l’incarnation, au détriment de l’esthétique de l’œuvre.

Une nouvelle éthique de la galanterie

La galanterie suppose que l’homme exclut de son comportement de séduction toute forme de grossièreté, de vulgarité, de coercition, d’agressivité ou de violence. De sorte qu’il n’appartient pas à l’homme de prendre, mais simplement d’accepter ce que la femme veut bien lui donner ; ce qui ne peut résolument pas faire de lui un prédateur…

MERCI à vous

« HOMO DOMINATUS ou l’imposture néo-féministe » occupe les 3 et 4èmes places de la catégorie -femmes- sur Amazon. Disponible ici. Merci à…