De Rugy, le blancos

Temps de lecture : 3 minutes.

     De Rugy est blanchi. C’est lui qui l’a dit à la télé ! La commission d’enquête de l’Assemblée Nationale – dont on peut tout de même s’interroger au sujet de son impartialité – a indiqué que l’ancien Ministre n’avait commis aucune faute. L’affaire défendue avec véhémence par mon adoré Edwy Plenel semble se dégonfler comme une baudruche. Sur BFM TV, Plenel a évoqué le travail de Mediapart comme relevant de l’intérêt général et de la sauvegarde de la République. Encore une fois, le procureur à moustache choisit ses cibles et ses combats au regard de deux choses : son idéologie et ses intérêts. En réalité, cette exigence de transparence devient folle. Je suis effaré par ce journalisme d’accusation (et non d’investigation) dont les méthodes staliniennes – que j’avais décrites ici – nous préparent un avenir totalitaire et maccarthiste.

         Je me fous de savoir que Rugy a mangé du homard et dégusté des grands crus (fallait-il qu’il boive de la Villageoise ?). Je n’éprouve aucune jalousie en dépit de l’aigreur nationale à l’endroit des riches et des puissants. En vérité, s’il a invité Madame pour la Saint-Valentin en rognant sur le budget collectif, je m’en cogne à la seule condition qu’il ait fait son boulot. Si demain, un Président de la République française éradique la violence, instaure le plein emploi, rééquilibre les comptes publics mais se fait tirer le portrait par Tonton Plenel avec les doigts dans le pot de confiture, je serai le dernier à l’en blâmer. Seuls les résultats comptent. Et si la morale doit en prendre un coup, n’importe. Il y a peu, l’on apprenait que Raymond Barre cachait un petit magot en Suisse. Outre le fait qu’il est bien facile de dénoncer des morts sur la place publique, je m’étonne que l’on fustige un des rares Ministres de la Vème République dont les résultats furent relativement glorieux pour un petit trésor de guerre soigneusement planqué au pays du chocolat. Certes, une copie parfaite ne délivre aucun blanc-seing. Mais d’un point de vue personnel, j’accepte de fermer un œil devant un travail bien fait au bénéfice de la collectivité.

           Alors il est vrai que j’ai fort peu d’estime pour Rugy. Un type dont la loyauté est à peu près aussi fiable que le sens de l’orientation de Gilbert Montagné ne m’inspire aucune sympathie. Et du reste, les résultats de son travail me semblent aussi minces qu’opaques. Mais il semble que les horreurs qu’on lui a prêtées ne s’avèrent point si effrayantes. Plenel s’en moque, persuadé qu’il est d’œuvrer pour le bien. Après Gretha d’Arc, Saint-Edwy. Hélas, si les scandales « révélés » par Plenel et/ou Mediapart existent, les impostures aussi : l’affaire Woerth, l’affaire Bettencourt, le financement libyen de la campagne de Sarkozy dont l’accusation porte vraisemblablement sur un faux-document, l’acharnement à l’endroit de Dominique Baudis il y a quelques années sans compter les méthodes peu éthiques ont de quoi interroger. En fait, Plenel et Mediapart sont l’incarnation de la facilité, sinon de la lâcheté. Les quelques milliers d’euros en cause dans l’histoire de Rugy, si tant est que leur usage fût litigieux, ne sont que bien peu de choses au regard de la gabegie généralisée de notre Leviathan administratif si cher et chéri. Business oblige, Plenel ne prend guère le risque de tirer à boulets rouges sur des fonctionnaires toujours plus nombreux, coûteux et souvent moins travailleurs, lesquels sont aussi d’attentifs lecteurs de Mediapart…

              Ce n’est pas Mediapart qui nous a appris que 310 000 fonctionnaires travaillent moins de 35 heures par semaine (l’équivalent de 30 000 postes !!!). Ce n’est pas Mediapart qui nous a appris que depuis des dizaines d’années, dans le Var, des agents territoriaux sont payés à ne rien faire (600 000 Euros pour la seule année 2015 ). Ce n’est pas Mediapart qui nous a appris que dans l’Hérault, un fonctionnaire est payé pour rien depuis 12 ans pour un coût de 483 000 Euros. Evidemment, ces pratiques scandaleuses sont duplicables partout en France. Mediapart se moque de ce qui est pourtant la honte de la République chère à Plenel. On parle de millions d’euros, probablement de centaine de millions. Mais Plenel préfère les homards de Rugy pour s’exhiber fièrement en « Père-la-morale ». Ce journalisme est effrayant. Il est surtout facile et inutile.

Victor Petit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s