Une nouvelle éthique de la galanterie

Retrouvez l'intégralité de ce texte dans HOMO DOMINATUS ou l'imposture néo-féministe disponible ici. L’article consacré au moralisme libertaire nous a montré deux choses deux choses. La première est que le néo-féminisme n’aime pas la séduction ; considérée comme l’art de duper ou de maquiller la vérité, la séduction serait un inégalitaire rapport de force dont la victime …

Les enjeux et dangers de l’idéologie du genre

Retrouverez l'intégralité de ce texte dans HOMO DOMINATUS ou l'imposture néo-féministe. Qu’est-ce que le genre ? Le genre dit que contrairement à ce que l’on peut penser, il n’existe pas de définition du masculin ou du féminin. Les caractéristiques et valeurs que nous attribuons spontanément au masculin (courage, témérité, prise de risque, force, goût pour la compétition, …

Le sens du voile

Depuis 30 ans, le voile islamique est devenu moins une prescription religieuse qu’un marqueur identitaire, exogène à la société française. En quelques décennies, le voile s’est imposé dans le monde musulman, mais aussi en France, comme un signe fort de différenciation culturelle, voire de rejet du monde occidental. La purification religieuse passant par la pratique …

De l’érotisme au moralisme libertaire

Dans Fausse route, Elisabeth Badinter décrivait parfaitement l'enjeu du moralisme libertaire : « il n'est que temps d'inverser la donne en traçant les contours d'une autre sexualité qui ignore tout à la fois l'infernale relation de domination et de soumission, le pouvoir de l'argent et l'obscure ambiguïté du désir. Une sexualité transparente, démocratique et contractuelle. [...] …

Les femmes du Moyen-Age : entre mythe et réalité

La condition des femmes a énormément fluctué. A travers les temps, de l'Egypte ancienne au Moyen-Age, en passant par Rome ou la Grèce antique, on s’aperçoit qu’elles n’ont pas toujours vécu l’enfer patriarcal permanent que nous suggère le néo-féminisme. La Gaule, par exemple, proposait des relations tout à fait complémentaires entre les hommes et les …

Vous avez dit néo-féminisme ?

Nous sommes le 8 mars. Le réveil sonne. Les yeux embués de sommeil, je saisis mon téléphone portable. Péniblement, j’éteins le carillon digital qui émane de mon mobile. Je parcours quelques applications d’informations, puis ouvre celles des réseaux sociaux. Mon doigt tapote l’écran tactile et ma page Facebook apparaît. Je commence à faire défiler mon …

HOMO DOMINATUS ou l’imposture néo-féministe

De Simone de Beauvoir à Judith Butler, le visage du féminisme a profondément changé. A tel point que ses figures historiques ne semblent plus se reconnaître dans un mouvement qui sombre dans l’idéologie victimaire et essentialise les hommes dans une posture de bourreau par nature. Le sexe masculin serait une sorte d’HOMO DOMINATUS, une figure mi-humain mi-animal qui dominerait et oppresserait les femmes à la faveur d’un complot patriarcal savamment orchestré depuis l’aube des temps.