La morale précède le droit

En théorie, les mêmes qui expliquent que le mariage pour tous ou encore le port du voile sont des pratiques qui ne doivent être discutées que relativement à la loi, devraient donc accepter sans sourciller que ce couple de chasseurs aille tuer des léopards ou des rhinocéros…

Le syndrome de Rokhaya Diallo

Mais il est autre chose, plus perfide encore, que Twitter ou Facebook révèlent à merveille : la tendance croissante à refuser l’universalisme du débat d’idées au profit d’une forme d’indigénisme de la pensée. C’est ce que j’appelle : « le syndrome de Rokhaya Diallo ». Qu’est-ce que ce syndrome ? L’idée pathologique que tout enjeu politique ou sociétal ne peut faire l’objet de discussion par qui n’en serait pas directement touché.

hasard-philosophie-pensée-culture

Le hasard n’existe pas

Ce qui nous arrive n’est jamais vraiment le fruit du hasard, mais davantage la somme des causes qui orientent nos actions dans un sens plutôt que dans un autre. Le hasard est une lacune en sursis…

Claire Nouvian ou la tyrannie des faits

Le rejet systématique et catégorique de toute opinion invalidant une théorie basée sur la seule observation des faits va précisément à l’encontre de la démarche scientifique. Réponse à Claire Nouvian.

La franchise, cette qualité à géométrie variable

La franchise est-elle vraiment une qualité ? N’est-elle pas, à certains égards, une forme de négation de ce qu’on appelle la civilité, laquelle peut tout autant être considérée comme une vertu morale ? Au contraire, la civilité n’est-elle pas une forme d’hypocrisie ?

Le voyage : cette dictature !

Voyager est une bonne chose. Mais spéculer sur l’apport intellectuel et moral du voyage n’a pas de sens et traduit une forme de mépris bourgeois pour celui qui ne voyage pas. Le voyage doit être un plaisir, non une course vaniteuse autant qu’une promesse intellectuelle et morale chimérique.

Analyse du voyage, ce nouveau snobisme.

Macron, le maraud

Une action que l’on peut considérer comme bonne et désintéressée demeure-t-elle bonne et désintéressée lorsque sont sciemment réunies les conditions de sa médiatisation ? Élément de réponse avec Emmanuel Macron.

Une critique économique de l’Art Contemporain

En parfaite conformité avec ce monde de l’entreprise qu’il déteste, mais dont il adopte et maîtrise tous les codes, l’Art Contemporain fait de la destruction créatrice (idée développée par Schumpeter selon laquelle, en économie, ce qui est nouveau se construit nécessairement sur une forme quelconque de destruction) sa matrice idéologique.