Lilian Thuram : le racialiste antiraciste ! 1/3

Depuis qu’il a raccroché les crampons, notre recordman de sélections en équipe de France est passé chez Afflelou. Et une paire de Tchin-Tchin plus tard, le gadjo s’est métamorphosé en un intellectuel engagé qui ferait passer André Malraux pour Patrick Sébastien…

Une critique économique de l’Art Contemporain

En parfaite conformité avec ce monde de l’entreprise qu’il déteste, mais dont il adopte et maîtrise tous les codes, l’Art Contemporain fait de la destruction créatrice (idée développée par Schumpeter selon laquelle, en économie, ce qui est nouveau se construit nécessairement sur une forme quelconque de destruction) sa matrice idéologique.

De la nécessité du relativisme en Art Contemporain

De cette rupture que l’Art Contemporain prétend incarner, il n’en demeure pas moins qu’à l’instar du classicisme, il se veut porteur d’une vérité ; une vérité qui lui est singulière et subjective dont l’idée conceptuelle est l’incarnation, au détriment de l’esthétique de l’œuvre.

De l’art antique à l’Art Contemporain… une longue histoire !

De cette rupture que l’art contemporain prétend incarner, il n’en demeure pas moins qu’à l’instar du classicisme, il se veut porteur d’une vérité ; une vérité qui lui est singulière et subjective dont l’idée conceptuelle est l’incarnation, au détriment de l’esthétique de l’œuvre.

Une nouvelle éthique de la galanterie

La galanterie suppose que l’homme exclut de son comportement de séduction toute forme de grossièreté, de vulgarité, de coercition, d’agressivité ou de violence. De sorte qu’il n’appartient pas à l’homme de prendre, mais simplement d’accepter ce que la femme veut bien lui donner ; ce qui ne peut résolument pas faire de lui un prédateur…

MERCI à vous

« HOMO DOMINATUS ou l’imposture néo-féministe » occupe les 3 et 4èmes places de la catégorie -femmes- sur Amazon. Disponible ici. Merci à…